Revue de presse
7Extra
Octobre 1994
Mille pulsars! Un fragment de champignon de Paris, égaré dans le turbo propulseur principal de mon vaisseau, m'a contraint à un atterrissage forcé. Coordonnées temporelles indéterminées, je me trouve en France, du côté de Rennes. Dans ses célèbres bois... pas loin du Village. Là où campent Billy Ze Kick et ses Gamins en Folie!
Entrer en contact avec une telle tribu, ça ouvre pas mal les portes de la perception. Nous sommes depuis des heures déjà, les auteurs de Mangez-moi et de Jean-Mich Much répondent aux questions le plus diverses. La confrontation s'annonce nébuleuse, d'autant qu'ils sont quatre: la chanteuse Billy Ze Kick, killer psychédélique (BZK), Johnny Bob le techno bouffon (JB), Monsieur Bing (MB) et sa tête de sampleur ainsi que l'agent très spécial Bidou (BI). Mon matériel sophistiqué (un stylo à bille rouge, un enregistreur à protons) ne les impressionne pas trop, et c'est dans le plus complet délire que je risque quelques questions...

- JB: "Pour l'instant, c'est la Junta, un jeu de pourris; il faut devenir président d'une république bananière, ou plutôt premier ministre, c'est mieux parce qu'on peut assassiner gratis".
-BI:"Les fins de journée, c'est aussi souvent des discussions. Nous sommes de grands intellectuels, nous passons des heures à discuter, à se foutre de tout le monde, à regarder la télé pour critiquer tout ce qui y passe"
- La télé, vous n'aimez pas trop...
-MB:
"il y a un esprit dans la télé qui ne nous plaît pas du tout: la recherche de l'audimat et le nivellement par le bas".
- Vous avez donc déjà dû refusées pas mal d'invitations!

-"On en a plus refusées qu'acceptées, oui".
-Vous deviez jouer aux Fêtes de Wallonie...
-"Et ça ne s'est pas fait parce qu'on refusait de jouer en play-back. La rumeur veut maintenant qu'on est des gens qui ne se prennent pas pour n'importe qui. Tout ça parce qu'on a vraiment envie de jouer de la musique devant les gens, et pas leur passer le disque en faisant mine de chanter".

Tranche de cake!
- Considérez-vous sérieusement que votre disque, où vous chantez les champignons hallucinogènes et les pétards, est à mettre entre toutes les oreilles?
- "Mais oui, les très jeunes sont quand même trop petit pour comprendre, et les champignons, ça peut être des champignons magiques. Quand tu lis Lewis Caroll ou Baudelaire, t'es pas obligé de te dire que le mec, il a bouffé de la confiture verte ou picolé comme un taré. Si tu sais de quoi parlent les chansons, tu n'es pas obligé de faire exactement pareil, faut pas prendre les gens pour des cake, quoi".
-BI: "Gainsbourg a souvent chanté avec une clope et un verre à la main, je ne pense as que ça ait incité les gens qui l'aimaient à fumer ou à boire plus. Le jour où il a cramé ses 500 balles, il n'y en pas eu beaucoup pour l'imiter ( Re-éclat de rire général)".
- Et du côté des bonnes mères de famille, pas de plaintes?
- "Tu crois qu'elles ont été effrayées? Meuh non, elles ne peuvent même pas comprendre ce que c'est qu'un champignon hallucinogène. On aurait écrit un truc sur la "drogue qui supplie", alors là ce serait le scandale, mais le chant du psylo, pff. Les Beatles chantaient bien Lucy In The Sky With Diamonds, c'est pareil".
- JB: "Oui, mais c'est en anglais".

Oh, un nain!
Le 18 octobre prochain, vous serez au Botanique. Sur scène, c'est comment?
- Tous ensemble: "Exceptionnel! Grandiose, merveilleux, comme d'habitude! Gigantisme. Subliminal..."
- BZK: "Non, ce sera comme d'habitude. Affligeant!".
- Vous croyez à quoi?
- "A la liberté"
- JB:
"Nous croyons en elle (Elle se marre)! Areuh, je crois dans mes copains, parce que je fais ma vie en fonction d'eux, quoi!".

-BI : "On croit surtout ce qu'on voit".
- Billy, tu es la seule fille du groupe?
-"Ah, je suis contente que tu aies remarqué que j'étais une fille parce que ça n'arrive pas toujours. Non, je ne suis pas la seule fille. Bidou, avant son opération, c'était une fille. Je rigole, il y a deux autres filles, Béné et Lubna, qui forment les choeurs élémentaires".
- A part du reggae, vous écoutez quoi, chez vous?
- "Un peu de techno et d'ambient, pas plus que ça. Sinon de la daube et Body Count aussi".
-JB: "Du rap de bûcheron".
-BI: "Les nains de jardin, aussi, tous les soirs avant de s'endormir".
- Tous en choeur: "Mets un nain dans ton jardin et tout ira bien. Mets un nain dans ton lit et il te fera guiliguili".

A la douche!
- Vous vous êtes déjà penchés sur le genre de public qui vous suit?
- "Oui, du haut de la scène, ça nous arrive (font mine de serre des mains). il y a de tout en fait. Et même des grands-parents qui chantent Mangez-moi dans les mariages".
- Vous vous situez où dans le vaste paysage de la chanson française?
- JB: "Dans le troisième bac à droite à la FNAC".
- BZK: "On sent vraiment qu'on est à l'origine de quelque chose. Mais on n'a pas de modèle, on fait ça parce que ça nous plaît, quoi. Si on voulait donner un qualificatif à ce qu'on fait, on serait obligés de l'inventer parce qu'il n'existe pas".
- Allez-y, inventez-en!
- "Moi, je dis que c'est de la Lalala Musique"
- JB: "Du hip hop sidéral. Ça c'est Mondain qui a trouvé".
- BZK: Il y a psyché fantastique qui est bien aussi".
- Un message à l'attention de nos lecteurs?
... Cette question, jamais je n'aurais dû la poser! Un bref coup d'oeil dans le reflet de la table m'apprit que ma transformation en morille était déjà en train de s'opérer. Tout ce que j'entendis encore fut...
- "Arrangez vos télés! Range ta chambre! Fais tes devoirs et étudies tes leçons! Dis bonjour à la dame! Vas te laver! Arrêtez le bain, prenez des douches!".
Niark, niark, niark!
-Billy Ze Kick, mais d'où te vient ce nom?
-"De ma fascination pour un auteur de polars noirs qui s'appelle jean Vautrin et qui a écrit Billy Ze Kick. J'avais flashé sur le roman, et puis j'ai utilisé ce nom-là dans un killer (Ndla: un jeu de rôle grandeur nature); il m'est resté. C'est le nom d'un vengeur masqué, urbain et drôle. Et là-dessus, on peut faire des tas de jeux de mots (Ndla en suivant une série pas très clairs)...
Excuse-nous, c'est la dernière interview, t'as droit à tout ce que les autres n'ont pas eu (éclat de rire général)"
- L'univers dans lequel vous baignez...
"C'est une secte. Ils me donnent leurs salaire, et après ils peuvent chanter sur scène".
-JB:"On a le droit de manger que du Slim Fast. T'as entendu parler de l'autre journaliste qui avait craqué?"
-Non, pourquoi?
-"Nous nous occuperons de ton cas plus tard. Niark, niark, niark".
On flingue gratis!
- Alors comme ça, Mangez-moi fut un tube de l'été...
-"Ça nous est venu quand on était en Afrique. Il y avait un type dans une marmite qui chantait ça, avec une horde de cannibales autour. Aujourd'hui , c'est une bonne recette".
- Tous en choeur: "Qui dit tube de l'été dit scandale de l'automne; l'été à la maison, l'hiver en prison".
-BZK: "Tant qu'on ne sera pas passés à Avis de Recherche, rien ne pourra changer; Pour l'instant, nous rencontrons pleins de mandibulmen, des gens avec des walkmen. De drôles de créatures. Désolé, c'est vraiment la fin de la journée!"

Vos fins de journées, d'habitude, vous les passez à quoi?
-BI: "En général, c'est plutôt tard. Quand on joue, c'est vers 3 ou 4h du matin. Dans la vie de tous les jours, c'est entre minuit et 3h. On a tous tendance à vivre la nuit, et ça se passe surtout dans les apparts plutôt que dans les bars. On se regroupe pour jour, à des jeux de société, des jeux de plateau".
- Votre jeu préféré
pour l'instant?
.