Revue de presse
Le Soir
Septembre 1994
PILLARDS, BANDITS, PÉTARDS

Les encraoudeurs Billy Ze Kick et les Gamins en Folie ne respectent pas les traditions
Ça ressemble à un coup mais ce n'en est pas un. Sauf si on ne retient que le chant du psilo (champignon hallucinogène assimilé au L.S.D. sur la liste des produits prohibés par le code pénal français) chantonné par une gamine déguisée en lutin farceur gloussant, sur un rythme reggae, "Mangez-moi! Mangez-moi!". Sauf également si on ne retient que les deux cent mille albums vendus. Billy Ze Kick est la nouvelle idole androgyne de kids raffolant de textes comme Nous on fouille des poubelles de la musique, Vive les pillards les bandits et les pétards, Nous on met les doigts partout, Nous on fait pipi dans tous les coins, Nous sommes les gamins en folie, Plus c'est moche, plus ça nous plaît, On ne comprend rien, On n'respcte rien ("Le 1er avertissement")

Les crados sont de retour! Utilisant un langage codé n'appartenant qu'à eux et les bouquins de science -fiction, les polars dont ils se sont un peu trop gavés cette bande de zouaves a pour leader , une femme. La Devi de Rennes, la reine des bandits ,c'est elle, Nat', alias Billy Ze Kick. Un tout petit bout de nana coiffé d'un tricorne cachant le Z gravé dans sa tignasse ras. Cela fait cinq ans que Billy , marquée à vie par le polar de Jean Vautrin "Billy Ze Kick", existe Pour accomplir ses méfaits d'encraoudeur, Billy s'acoquine avec Monsieur Bing,sans cheveux, grand tripatouilleur de samplings avoués. A elle les textes engagés, à lui la zizique. La petite nous a expliqué tout ça:
uniquement de la provoc',je les ai écrites pour les gens d'après-minuit. Depuis toujours, on va à la cueillette aux champignons tous les automnes. C'est ma culture, c'est une chronique de la marginalité quotidienne comme je dis. Ça me stimule, les substances amies. Ce chant du psilo, c'est autobiographique. Suite à la chanson, des mecs commencent à en vendre mais le ne faut pas acheter les psilos, il faut aller soi-même les chercher dans les champs. Il faut être initié pour ça. Et faire gaffe parce qu'après en avoir bouffé une centaine, tu hallucines méchamment. Maintenant on voit un peu partout des blousons noirs dans les champs en septembre-octobre. C'est la chair des dieux pou moi, ça pousse tout seul. Mais il faut savoir où...
Flairant le coup, PolyGram a réagi en signant le groupe via son petit label Sharman, il leur a suffi de ressortir le premier disque (aujourd'hui collector) tel quel, seul "Mangez-moi!" a été remixé par Jimmy Jay. Et ça cartonne: un ton neuf, un langage codé que seuls les mordus science-fic' comprennent, des musiques en tout sens bourrées de références (Celentano, Brubeck et les Doors sont parmi les dépouillés par ces vilains encraoudeurs pouvant se révéler de dangereux killers):
Le prochain disque est déjà prêt. Il sera plus grave, plus pesant. On rigolera moins. Mais c'est pas pour ça qu'on a vendu notre âme au diable, qu'on a désavoué nos premiers fans en appartenant à la plèbe. Du moment qu'on peut s'éclater avec humour et dérision... P'têt bien qu'on fera la révolution...

THIERRY COLJON
Ce flibustier est dangereux: il court les champs, mange des champignons magiques et c'est une fille en plus.
"Le 1er avertissement" a tout provoqué. C'est une réaction à une critique des "Inrockuptibles" du premier disque de De La Soul qu'ils traitent de gamins en folie saccageant le temple du rock,introduisant le sida dans sa discothèque; suite à ça, on a crée les Gamins en Folie, une bande de copains.

Personne ne voulant de ce groupe de rennais un peu spécial, très amateur et bordélique et dont la seule envie est de délirer sur une autre planète à coup de jeux de rôles . Ils doivent attendre qu'un mécène leur prête du fric pour créer un label et autoproduire une première mouture de l'album qui se vend à 10 000 exemplaires par le bouche à oreille et le réseau underground des radios indépendantes. Les Transmusicales de Rennes ne les invitent qu'en 1993

Cette ville a une aura musicale, d'ambiance et de fête. Mais on n'a pas été aidés par la municipalité. J'étais une fille et on riait en faisant du rock, c'était un sacrilège aux yeux de tous ces corbeaux noirs des Transmusicales très orientés
États-Unis et Angleterre. On a dû produire notre comédie musicale nous -mêmes, on a fait le plein durant quatre soirs.
Ceux qui crient à l'apologie des substances prohibées n'ont rien compris. Les champignons c'est bon quand on sait s'en servir avec modération: Ces paroles, ce n'est pas