Janvier 2012 : Sylvie Jourdan, la chanteuse des Oisives crée un nouveau duo sur son propre nom,
et sort un premier album "Rochebonne


Peinture : Philippe Calvez

 

 

Nouvel album "Rochebonne"

Sortie : janvier 2012
Label Pudding

1- La danse des poignards
2- Bla Bla
3- Wolf Boom
4- Maria
5- Les amants
6- Marguerite
7- Rochebonne
8- Oisives
9- Hector
10- Le cahot
11- Jeanet
12- Marc attaque
13- Ouessant
14- Nuits blanches
15- Tourmente

 

Sylvie Jourdan

Emeline Dzierla

Sylvie Jourdan, une mélodiste unique,
chanteuse de l’ivresse et de l’instant présent

Depuis ses 7 ans, Sylvie Jourdan n’a jamais quitté son accordéon. Elle débute à St Malo en accompagnant sa grand-mère qui chantait Fréhel, Mayol ou Lucienne Delylle, puis fait l’école des bals populaires, avant de partir sillonner les bars et les rues de Montmartre. A Paris, elle multiplie les rencontres et les improvisations avec les musiciens jazz manouche qui lui révéleront son sens inné pour la composition de mélodies romantiques. Ces années à vivre au jour le jour de son talent de musicienne la marqueront pour toujours. Son choix était fait, c’est ainsi qu’elle tracera sa route, au gré des rencontres et des bonheurs que les notes de son accordéon lui ramenaient.

Les Oisives
Au début des années 90, son talent d’accordéoniste est recherché par la nouvelle scène française, elle participe pendant 5 ans aux tournées de Jack O’ Lanternes, et s’acoquine avec les chanteurs réalistes. Ce n’est qu’en 1998, qu’elle se décide à se consacrer à ses propres compositions. Elle rencontre son alter égo, Soazig Le Lay, violoncelliste classique au parcours bigarré, entre groupes de rock, quatuor à cordes et ensemble vocal. Les deux musiciennes partagent une même philosophie de l’instant et de l’ivresse. Elles créent le duo Les Oisives, sortent deux albums magnifiques en 2003 et 2005, et enchaînent des centaines de concerts en France. Sylvie écrit, compose et chante la quasi totalité des chansons, et la complicité des 2 musiciennes transforme chacun de leurs concerts en dialogues sans fin, comme si elles étaient seules dans la pièce, accoudées au comptoir à se raconter leurs vies.

Carbel, Fuckin’Hell et autres voyages
Après 8 années de concerts et 2 albums, Sylvie et Soazig ont chacune besoin de respirer des airs différents. En 2007, Sylvie prend une nouvelle route accompagnée d’un trio rock et d’une section de cuivres, la nouvelle formation s’appelle Carbel et laisse libre cours au goût de Sylvie pour les fanfares de l’Europe de l’Est. Le groupe sort deux albums dont un live exceptionnel au Centre culturel Le Pôle Sud à Chartes de Bretagne.

La fin des années 2000 sera douloureuse pour la chanteuse. Après les décès d’amis proches, la mort brutale de Soazig en 2008 bouleverse la chanteuse. Elle enchaîne les formations de rue et de bar, où elle improvise frénétiquement. Avec le chanteur Alan Corbel, elle embarque ses amis dans un véritable orchestre festif, Fuckin’ Hell, dont le premier album album sortira au printemps 2012.

Cependant l’écriture et les mélodies restent pour elle ses meilleurs anxio-lytiques ! Sa vie redéfile sous sa plume et revient l’urgence de revenir à des arrangements épurés, juste essentiels.

Sylvie veut aussi retrouver la simplicité et la chaleur de la relation avec le public qu’elle connaissait seule ou en duo. Et cette fois ci, elle est décidée à aller à la rencontre des autres sous son nom, comme si le temps était enfin venu...

La rencontre avec Emeline Dzierla, talentueuse tubiste de 23 ans, lui rappelle celle avec son ancienne partenaire. La complémentarité entre accordéon et tuba est évidente et la complicité des deux musiciennes immédiate. On retrouve le subtil dialogue mélodique entre les deux instruments, la voix chaude et rauque de Sylvie, cette rencontre réussie entre jazz manouche et chanson réaliste. Le tuba apporte une légèreté nouvelle et élève les musiques et les chansons dans une apesanteur apaisante.

Rochebonne
Au fil des 15 titres de l’album Rochebone (le nom d’une plage de St Malo chère à la chanteuse), c’est une nouvelle tranche de vie que Sylvie Jourdan nous confie, celle d’une femme de quarante ans qui découvre une sérénité nouvelle, conquise par une conviction inébranlable du bonheur à aller chercher, et de luttes pour surmonter les affres de la vie. Son talent de compositrice et de musicienne, son énergie et sa gouaille, sa poésie réaliste pleine d’humanité, ses mélodies mélancoliques et son perfectionnisme pour les arrangements, font de chacun des titres de cet album de petites perles d’intimité et de romantisme.


myspace.com/sylviejourdan

contact management : Benoît Careil 06 20 37 23 41 < écrire un mail